Les petits espaces – Partie 28.

Salut P-A!

Journée pour dormir debout. Occupations quotidiennes. Le corps qui avance et qui exécute. Les neurones olympiens. Médaillés d’or, même. Le sommeil me fuit.

Et je fais pareil.

48 heures d’attente encore. Rendez-vous téléphonique avec Oli dans quelques instants. Oreille attentive. Sans but précis. Amitié véritable.

Sonnette avant en fin de matinée. Lettre de Britt. Une première. Deux premières en fait. Livraison express et deux lettres successives de sa part sans réponse de la mienne entre les deux.

Petit moment de panique.

Parfum et cheveux bien placés. Tout de même. Crush.

«Mon beau parapluie.

Gros changements ici. Je viens de recevoir une lettre de Marcos et il est parti, loin d’ici. Je ne comprends pas du tout sa décision. Les enfants sont en pleurs et c’est difficile à gérer, alors que je suis à l’horizontal. Mes sœurs et Mélanie sont là plus que jamais. Elles ont annulé la fête qui m’était destinée pour s’occuper de mes deux trésors.

Il fallait que je te l’écrive. C’est étrange tout ça. Je n’ai assurément rien de fait de mal, car je suis pris dans la cité des malchanceux depuis si longtemps. Crois-tu que mon retour à la vie normale l’a effrayé? J’aurais aimé lui parler au moins, mais son téléphone n’est même plus en fonction. J’ai de la peine.

En même temps, il y a une partie de moi qui se sent soulagée. Je sais que tu me comprends.

J’ai hâte de te voir enfin. Dans deux jours, à 19h00 précisément. Je serai prête et je t’attendrai.

Je ne me contiens plus.

Et toi, comment vas-tu? C’est rare que je n’aie pas de tes nouvelles trois journées consécutives. J’espère que tout est sous contrôle de ton côté.

À tout de suite.

Britt. Xxx.

P.S. Je sens mes jambes comme avant l’accident depuis hier matin. J’ai hâte qu’on danse, ensemble.»

Crush confirmé. Cette femme est spéciale.

Après-midi de règlement de compte de l’ancien patron gentil. Il faut foncer avant de se faire foncer dessus. C’est ce que mon père disait toujours. J’ai retenu la leçon. Coup de téléphone. Ami journaliste. Photos à l’appui. Vérité au grand jour. Sans retenue. Pas pour nuire à «Souhaits etc.». Seulement pour me protéger. Seulement pour établir les règles du jeu, avant qu’il ne le fasse. Et pour «Cartes-Alexandre», aussi.

Quelques pompes. Par obligation.

Vibration dans la poche droite.

«J’ai hâte de te voir enfin. Dans deux jours, à 19h00 précisément. Je serai prête et je t’attendrai.

Je ne me contiens plus.

M. Xxx.»

Cirano, au secours?

Téléphone. Oli.

À bientôt.

P-A.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s